du
 → 

Le séminaire poursuit la réflexion engagée par l’atelier collectif de l’année précédente, en mobilisant les acquis problématiques d’une redéfinition transdisciplinaire en longue durée de l’expérience communale. Rappelons ici que la notion s’entend ici de trois manières : l’expérimentation politique d’un gouvernement du commun ; la transmission de ces expériences en une mémoire réinventée du devenir historique ; l’expérience sensible du faire commune en tant qu’elle affecte les vies de ceux qui s’y engagent ou s’y abandonnent. En s’attachant désormais à la notion de vie civique, on cherchera à approfondir cette histoire vécue de la discontinuité des pratiques politiques, et ce à partir d’expériences historiquement situées dans l’Italie communale, celle-ci étant envisagée non comme une exception mais comme une accentuation d’une histoire européenne commune. Depuis l’effervescence précommunale envisagée sous le prisme des émotions politiques ou des improvisations institutionnelles jusqu’aux expériences seigneuriales qui poursuivent peut-être la commune par d’autres moyens, on proposera donc un parcours à la fois historique et historiographique qui, à travers l’histoire sociale, urbaine ou juridique, tente d’affronter la même question : comment instituer le commun ?