« Tout un homme, fait de tous les hommes » : vies obscures et fins du récit contemporain