Philip Roth : coup d'arrêt