— Sobriété

Sobriété

Il ne suffit pas à Noé de sauver le genre humain du déluge. Sur la terre nouvelle, planteur de vignes, il fut pris d’ivresse : « Les fils de Noé qui sortirent de l’arche étaient Sem, Cham et Japhet. Cham fut le père de Canaan. Ces trois-là sont les fils de Noé. C’est à partir d’eux qu’on se dispersa sur toute la terre. Noé devint cultivateur et il planta une vigne. Il but du vin, s’enivra et s’exposa nu à l’intérieur de sa tente. Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père et le raconta au dehors à ses deux frères. Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent tous deux sur leurs épaules, marchèrent à reculons et recouvrirent la nudité de leur père ; comme ils détournaient le visage, ils ne virent pas la nudité de leur père » (Genèse, IX, 18-23).

Pudeur et respect chez Sem et Japhet, discrétion qui couvre une faiblesse ; sobriété de gestes qui remédie à un excès d’ivresse. Ils seront bénis par leur père, une fois revenu à lui ; et maudite sera la descendance de Cam, « esclave des esclaves ». Les Pères de l’Église virent dans cette sobriété le mérite de la retenue, en même temps, toutefois, que les limites des convenances humaines. Saint Ambroise – en pensant au mystère eucharistique – résuma dans une paradoxale antithèse la vitalité de la « sobria ebrietas » : « Que le Christ soit notre nourriture, / La foi notre breuvage / Que la sobre ivresse de l’Esprit / Soit la joie de ce jour » (Hymnes, À l’aurore).

Les vertus, au fond, ne sont pas un rempart irréfragable contre le vice. Elles en sont plutôt la purification de l’intérieur de la matière même du mal : « Inebriamini non vino, in quo est luxuria, sed implemini Spiritu sancto » (Eph., V, 18: « Ne vous enivrez pas de vin : c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit Saint »). C’est la « sobriété modeste » consistant à se « contenter du quia » (Purg., III, 37), selon la norme de Saint Paul : « non plus sapere quam oportet sapere sed sapere ad sobrietatem » (Rom., XII, 3). La sagesse de la sobriété, qui connaît la mesure de la limite.