La médecine face à la nature, un combat acceptable ?