Stabilité versus plasticité chromatinienne en réponse aux stress