Le radiocarbone : une clé pour comprendre le passé de la Terre

5 novembre 2021

Article sur le radiocarbone

Enregistrer les variations du radiocarbone (14C) est essentiel pour comprendre l'histoire du climat de la Terre, son champ magnétique et l'activité du Soleil, selon une équipe de chercheurs incluant le Pr Edouard Bard.

Dans un article publié le 5 novembre 2021 dans la revue Science, les scientifiques montrent comment les progrès récents sur les variations temporelles du 14C améliorent notre compréhension des processus climatiques, de l'activité solaire, de la géophysique et du cycle biogéochimique du carbone.

Documenter le passé est essentiel pour comprendre notre présent et prévoir les changements futurs de l’environnement. Le développement d'un enregistrement précis du 14C atmosphérique remontant à 55 000 ans permet d’étudier et de simuler les processus terrestres et d’améliorer les modèles informatiques utilisés pour les projections du changement climatique actuel.

Les simulations climatiques compilées par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) s'appuient sur le 14C comme indicateur de l’activité solaire et en tant que traceur du cycle global du carbone – ainsi que bien sûr comme chronomètre pour la plupart des séries paléoclimatiques des 50 000 dernières années. Le 14C est donc essentiel pour comprendre et se préparer aux futurs changements climatiques.

Le 14C nous renseigne aussi sur l’occurrence dans le passé d’éruptions solaires extrêmes, avec des amplitudes beaucoup plus grandes que celles observées par les astronomes. De tels événements pourraient endommager de façon catastrophique nos satellites, ainsi que les réseaux électriques et de télécommunication.

Les progrès récents des techniques analytiques et de la calibration du 14C révolutionnent l’utilisation du radiocarbone comme horloge pour les 50 000 dernières années. Les archéologues et les préhistoriens utilisent les datations au 14C pour étudier l’histoire des sociétés anciennes, ce qui nous aide à comprendre le présent et répondre aux grands défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui.

Les recherches sur le radiocarbone de l’équipe du Pr Edouard Bard au CEREGE d’Aix-en-Provence (UMR Aix-Marseille Univ., CNRS, IRD, INRAE, Collège de France) sont soutenues par le Collège de France et l’Agence nationale de la recherche (EQUIPEX ASTER-CEREGE, projets ANR CARBOTRYDH 2017-2021 sur l’atmosphère et MARCARA 2022-2025 sur l’océan).