Langage et mathématiques : des réseaux dissociables