04 fév 2019
17:00 - 18:00
Amphithéâtre Maurice Halbwachs, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles
URL de la vidéo

Résumé

Les maladies émergentes peuvent être classées selon le mode d’émergence des agents pathogènes. Trois modes d’émergence sont décrits :

1) le franchissement de la barrière d’espèce par un pathogène, le plus souvent un virus, qui, une fois adapté à son nouvel hôte humain, sera en mesure de déclencher une épidémie. Les exemples les plus courants sont le Sras ou le Sida ;

2) la modification du génome d’un agent infectieux qui, de fait, acquiert une nouvelle virulence ou échappe à la réponse immunitaire que l’hôte avait développé contre cet agent infectieux. Cette modification du génome peut prendre la forme de réassortiments comme dans le cas du virus de la grippe, ou de mutations sous pression médicamenteuse dans le cas des virus, bactéries, parasites ou champignons ;

3) l’arrivée d’un agent infectieux dans une zone géographique où il ne circulait pas. Cela a été le cas pour le virus du Nil occidental, arrivé pour la première fois sur le continent américain à New York en 1999, ou pour le virus du chikungunya et le virus Zika, qui ont entamé un tour du monde au cours de la dernière décennie alors qu’ils étaient jusqu’à présent cantonnés à l’Afrique et à l’Asie. Les facteurs associés à la plus grande circulation des agents infectieux sont l’augmentation considérable de la population humaine, multipliée par quatre au XXe siècle ; les densités humaines très élevées atteintes au sein des mégalopoles tropicales, souvent insalubres ; et la mobilité accrue des populations, permettant avec l’avion la diffusion des pathogènes en quelques heures aux quatre coins de la planète. Un autre facteur important de propagation des maladies est le moustique du genre Aedes, présent en zone tropicale (Aedes aegypti) ou tempérée (Aedes albopictus). Ce moustique transmet plusieurs arboviroses qui sont de véritables fléaux, comme la fièvre jaune, la dengue, le chikungunya et le Zika. La colonisation planétaire entamée par Aedes albopictus il y a cinquante ans devrait s’accentuer sous l’effet du réchauffement climatique, comme le montre la progression du moustique dans la moitié sud de la France au cours des dix dernières années. Parmi les autres modes de propagation des agents infectieux, il est pertinent de mentionner la généralisation des injections et des transfusions (transmission des virus du Sida et des hépatites B et C), le commerce mondial des aliments (ex : importation en Allemagne du fénugrec égyptien à l’origine de l’épidémie à Escherichia coli 0104:H4 en 2011) et le commerce illégal des animaux (ex : épidémie de variole du singe aux États-Unis après l’importation clandestine de rats de Gambie en 2003).

Cycle associé