Le « paradoxe libéral » : accueillir les migrants à bras fermés