Amphithéâtre Marguerite de Navarre, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles
-

Séance animée par Françoise Combes.
Chaque communication de 30 minutes est suivie de 10 minutes de discussion.

Résumé

Les tests par correspondance sont devenus une méthode de référence dans la littérature académique internationale sur les discriminations. En France, comme dans beaucoup d'autres pays, ils sont appliqués par les chercheurs à de plus en plus de critères prohibés dans un nombre croissant de domaines. Ce faisant, ils éclairent les spécificités du genre comme critère de discrimination. Dans le domaine de l'accès au marché du travail, comme dans celui de l'accès au logement, les femmes ne subissent pas une pénalité systématique, même si elle est bien réelle dans certaines professions particulières. Le critère de l'origine, celui du handicap ou celui de l'adresse sont quant à eux associés à des pénalités dans l’accès à l’emploi pour toutes les professions testées. Pour autant, les pénalités genrées ont effectivement un caractère systématique pour l’ensemble des professions et des organisations dans la formation des salaires et des carrières, ce qui n’est pas toujours le cas des autres critères de discrimination.

Yannick L’Horty

Yannick L’Horty
© Lionel Lorquin UPEM 2018

Yannick L’Horty est professeur d’économie à l’université Gustave-Eiffel et directeur de la fédération de recherche du CNRS « Théorie et Évaluation des Politiques Publiques » (FR 2042) qui regroupe 13 laboratoires et 300 chercheurs. Il est également directeur de l’Observatoire national des discriminations et de l’égalité dans le supérieur (ONDES). Ses recherches portent sur l’évaluation des politiques publiques et sur l’utilisation des méthodes expérimentales en économie. Il est l’auteur de 320 publications, dont 130 articles dans des revues scientifiques référencées par le CNRS, 15 ouvrages et 35 chapitres d’ouvrage. Ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan, Yannick L’Horty est docteur en économie de l’université Paris I et professeur agrégé de sciences sociales. Il a travaillé dix ans dans l’administration économique (INSEE, DG Trésor et CERC) avant de devenir professeur des Universités. Il rejoint l’université d’Évry-Val-d’Essonne en 1999, puis l’université Paris-Est Marne-la-Vallée en septembre 2010 (qui devient l’université Gustave-Eiffel en 2020) où est également localisé le siège de la fédération TEPP. Il y dirige le master Data Analyst qu’il a créé. Yannick L’Horty préside le comité scientifique des expérimentations Territoires zéro chômeur de longue durée. Il est membre du Haut Conseil pour l’Égalité, du comité d’évaluation du plan de relance, du comité des économistes de France 2030, du comité d’orientation de l’Observatoire national des politiques de la Ville et du conseil scientifique de l’EPIDE.

Intervenant(s)

Yannick L’Horty

Professeur d'économie