La jouissance et la domination. Métamorphoses de la nature dans l'Europe de la fin du Moyen Âge

Les derniers siècles du Moyen Âge constituent un moment de profonde métamorphose du statut de la nature en Europe. Les conditions d’émergence d’une telle « ontologie naturaliste » doivent cependant être précisées, si l’on veut éviter que les historiens transforment un concept anthropologique opératoire en un nouveau grand récit de type évolutionniste. En confrontant des œuvres littéraires, artistiques et philosophiques à des documents archéologiques ou archivistiques, on tentera de réfléchir à l’articulation entre des représentations culturelles souvent privilégiées par les historiens pour penser la nature, et des pratiques du monde et de la nature par les sociétés médiévales qui englobent et nourrissent ces représentations. Une telle confrontation sera l’occasion d’approfondir l’analyse du processus de naturalisation à l’œuvre en Europe. On soulignera en particulier la diversité de ses dispositifs locaux, l’ambivalence de ces derniers et leur capacité de coexistence dans la longue durée avec d’autres formes de rapport au monde naturel.