Résumé cours du 20 avril 2017

La première séance de ce cours consacré à l’étude des rapports complexes entre les langues grecque et égyptienne, de la fin du IIIe siècle de notre ère au VIIIe siècle, esquisse, en guise d’introduction, la situation antérieure à l’émergence du copte et dessine le contexte socio-linguistique dans lequel ce dernier prendra place. Y sont analysés les rapports entre démotique et grec, à partir de la conquête gréco-macédonienne de 332 av. J.-C., avec une attention particulière aux individus qui emploient le démotique, et aux conditions dans lesquelles ils y ont recours. Trois paramètres conditionnent son usage : l’ethnicité — les papyrus démotiques sont généralement le fait d’Égyptiens, même si cette notion n’est pas toujours nette, comme le prouve l’examen de quatre cas qui témoignent d’une mixité culturelle — ; le milieu, en particulier les temples ; la nature des documents, notamment leur degré d’implication dans l’appareil administratif. Après avoir souligné la grande capillarité linguistique qui caractérise le début de la période lagide, on examine les causes qui ont conduit à l’érosion du démotique, jusqu’à sa disparition, au IIIe siècle après J.-C.