Du CO₂ aux hydrocarbures, un renversement salutaire