18 mai 2022
10:00 - 11:30
Amphithéâtre Guillaume Budé, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles
URL de la vidéo

L’essentiel des composés chimiques aujourd’hui commercialisés sont peu persistants dans l’organisme. Cette labilité pose des défis méthodologiques importants pour caractériser leurs effets chez l’humain, même quand des biomarqueurs d’exposition analytiquement précis existent. Nous discuterons la problématique de l’erreur de mesure des expositions chez l’humain et présenterons des outils pour y remédier, en nous appuyant sur l’exemple de perturbateurs endocriniens de la famille des phénols tels que le bisphénol A. En confrontant les résultats de la toxicologie à l’échelle moléculaire, de la toxicologie in vivo et les résultats des cohortes humaines, nous discuterons la cohérence des données sur les effets de ces substances entre espèces et à différentes échelles allant du récepteur nucléaire à l’organisme entier. Le séminaire illustrera la problématique des effets additifs des expositions cumulées, le concept de synergie entre expositions et en discutera les conséquences pour la gestion du risque chimique.