12 avr 2016
16:00 - 19:00
Salle 5, Site Marcelin Berthelot
En libre accès, dans la limite des places disponibles

Intervenant(s)

Mathieu Potte-Bonneville
Stéphane Van Damme
Michaël Foessel

Interventions

  • Patrick Boucheron  Recommencer
  • Mathieu Potte-Bonneville  Défaire les temps modernes : critique et périodisation chez Michel Foucault
  • Stéphane Van Damme  Seuils de la modernité des sciences : épreuves historiographiques ou tournant narratif ?
  • Michaël Foessel  Le progrès comme catégorie de la consolation
URL de la vidéo

Recommencer – Patrick Boucheron (Collège de France)

URL de la vidéo

Défaire les temps modernes : critique et périodisation chez Michel Foucault – Mathieu Potte-Bonneville

URL de la vidéo

Seuils de la modernité des sciences : épreuves historiographiques ou tournant narratif ? – Stéphane Van Damme

URL de la vidéo

Défaire les temps modernes : critique et périodisation chez Michel Foucault – Michaël Foessel

Dans le dialogue entre philosophie et histoire, la notion de modernité fait, on le sait, communiquer l’acte de périodiser et celui d’évaluer : tantôt, elle joue comme l’élément normatif qui, imprimant une rupture entre l’avant et l’après, entend projeter le déroulement qu’elle qualifie sur un axe téléologique ; tantôt, jugée compromise avec une historiographie devenue suspecte, elle devient elle-même objet d’une enquête qui, retraçant la manière dont elle s’est imposée, fait apparaître sous l’unité apparente qu’elle affiche d’autres découpes, séquences et stations. L’archéologie de Michel Foucault est à ce titre exemplaire d’une démarche qui, tout à la fois, conteste l’axiologie sous-jacente au qualificatif « moderne », reconduit à d’autres frais le geste consistant à penser par discontinuités, et finalement dédouble ou démultiplie les seuils dont la modernité entendait opérer la synthèse. Cette séance discutera les attendus et l’actualité de cette oscillation dans la pratique contemporaine des historiens comme des philosophes : quels usages l’exercice de la périodisation, entendu comme cette modification du regard procédant par déplacement des bornes historiques, peut-il aujourd’hui faire d’un concept de modernité devenu tout à la fois indispensable et impraticable ?