Théorie des cordes, gravité quantique à boucles et éternalisme

Résumé

L'éternalisme, la thèse selon laquelle les entités passées et futures existent au même titre que les entités présentes, est une interprétation philosophique naturelle de la relativité restreinte et de la relativité générale. Toutefois, ces deux théories ne sont pas fondamentales et plusieurs approches visent à développer une théorie plus fondamentale de la gravité quantique, unifiant l'ensemble de nos connaissances obtenues à travers la physique relativiste et la physique quantique. Certaines de ces approches impliquent que le temps n'est pas fondamental. Si le temps n'est pas fondamental, quelles conséquences pouvons-nous en tirer pour l'éternalisme et le débat en métaphysique à propos de l'existence dans le temps ? Je soutiendrai que la possible non-fondamentalité du temps, telle qu'on la rencontre dans la théorie des cordes et dans la gravité quantique à boucle, mène à l'éternalisme standard ou à un éternalisme atemporel, une nouvelle position fidèle à l'esprit de l'éternalisme standard.

Présentation

baptiste-le-bihan

Baptiste Le Bihan est collaborateur scientifique à l'Université de Genève où il dirige un projet de recherche Ambizione du Fonds national suisse de la recherche scientifique. Ses recherches relèvent principalement des domaines de la métaphysique contemporaine et de la philosophie de la physique. Après une thèse en philosophie du temps, il a exploré le champ de la philosophie de la gravité quantique comme chercheur postdoctorant au sein du projet "Space and Time after Quantum Gravity" (2016-2018) mené à l'Université d'Illinois à Chicago et à l'Université de Genève. Son travail a donné lieu à plusieurs publications, notamment dans les revues ErkenntnisPhilosophical StudiesPhilosophy CompassStudies in History and Philosophy of Modern Physics et Philosophy East and West. Il travaille actuellement à la réalisation de deux ouvrages à paraître chez Oxford University Press et Vrin.