La résidence

Le Collège de France a accueilli pour la première fois un artiste en résidence : le photographe Mathieu Pernot.
Au sein d’une institution qui relie si étroitement recherche fondamentale et enseignement, cette résidence a été explicitement élaborée comme une démarche expérimentale, avec une grande liberté laissée à l’artiste, à l’image de celle accordée aux professeurs du Collège de France.

Imaginée initialement sur neuf mois, cette résidence de recherche et de création a été ponctuée par des rendus successifs qui ont pris la forme d’accrochages avec « La Jungle » (octobre 2017-février 2018), « Le point de départ » (février-juin 2018), « Déplacement » (juin-septembre 2018). Celle-ci a été prolongée jusqu’en février 2019 pour permettre à l’artiste de présenter une exposition de clôture intitulée « L’atlas en mouvement ».

Le choix de l’artiste s’est imposé à la suite d’un premier contact qui a été établi lors de l’exposition accompagnant le colloque de rentrée « Migrations, réfugiés, exil » organisé à l’automne 2016 sous la direction de Patrick Boucheron. Cette exposition était constituée d’un ensemble d’œuvres issues des collections du Musée national de l’histoire de l’immigration, dont font partie les Cahiers afghans de Mathieu Pernot.

Ce travail témoigne d’une collecte de récits menée depuis plusieurs années par le photographe auprès de populations marginalisées ou réfugiées. En mettant en lumière ces histoires, il a cherché à produire des formes qui échappent aux catégories traditionnelles du champ artistique ou de la production du savoir. Les récits des migrants ainsi « exposés », non seulement révèlent la fragilité des situations vécues, mais viennent s’inscrire dans l'histoire des grands textes et des cultures dont ils deviennent les messagers. C’est ce point de départ qui a constitué le projet de Mathieu Pernot pour la résidence.

Cette résidence a été réalisée en partenariat avec l’association France Langue d’accueil, ses bénévoles et les participants aux ateliers, ainsi que l’Atelier des artistes en exil et le photographe Mohamed Abakar. Des chercheurs du programme PAUSE, Marwan Cheikh Albassatneh et Muhammad Ali Sammuneh, ont également été associés à l’exposition « L’Atlas en mouvement ».

La résidence a bénéficié du soutien de la Fondation Hugot du Collège de France.

Résidence de Mathieu Pernot, réalisation David Bornstein (Les films de l’Aiguemarine), 2019. Production : Collège de France.