Après la peste noire

Little Oxendon, village médiéval abandonné

Little Oxendon, village médiéval abandonné © Historic England Archive

Prenant la suite du cours de l’année précédente (« La peste noire »), ainsi que des trois journées d’étude qui l’ont accompagné (« Nouvelles recherches sur la peste noire »), l’enseignement de cette année tentera d’en tirer toutes les conséquences du point de vue de la narrativité du récit historique et de ses causalités. Plongeant dans la mémoire archivistique et textuelle de l’événement (la peste noire entre 1347 et 1352, entendue comme le moment paroxystique de la deuxième pandémie de peste), mais aussi dans les archives du vivant comme dans toutes celles que mettent désormais à disposition les sciences de l’environnement, la réflexion de l’année dernière a fait subir au récit traditionnel différents débordements disciplinaires. Dès lors se pose la question du point de vue : à quelle hauteur raconter cette histoire à la fois globale et discontinue ?

C’est en convoquant à nouveaux frais les recherches sur la conjoncture politique, économique et sociale, mais aussi spirituelle et religieuse du temps de peste que nous tenterons de répondre à cette question. Elle embrasse à la fois des questions que l’historiographie se pose depuis longtemps (la crise de la fin du Moyen Âge, son rapport avec la réorganisation des pouvoirs publics) et d’autres plus récentes, relatives notamment aux paysages et à l’habitat, à l’environnement d’une manière générale, à l’histoire non seulement démographique mais sanitaire des populations survivantes. Elle propose de saisir toute cette histoire non seulement après ou d’après la peste, mais depuis elle, comme événement, comme durée et comme temporalité.