Face au Léviathan, 3 : morphologie et histoire

Résumé

Le cours se relance sur les formes chrétiennes de l’incorporation à partir de différentes études de cas (le principe féminin du gouvernement franciscain sicut mater, la Vierge de miséricorde et le sein d’Abraham, comme autant d’exemples de l’indécision sexuelle de l’anthropologie chrétienne). Sur le plan figuratif, la métaphore organiciste du portrait du roi en procède évidemment. Mais dans le cas hobbesien, la « personne fictive » du souverain institue plutôt une métaphore artificialiste : de la multitude instituante, le Léviathan fait le peuple institué, dans lequel se reconnaissent les individus qui le composent. En suivant les transformations de ces formes composites, notamment par l’acclimatation française de la figure du Léviathan dans les portraits du roi aux XVIIe et XVIIIsiècles, on s’interroge encore sur la réversibilité des fictions politiques dans des formes parodiques ou subversives.

Sommaire

  • Quand François d’Assise se rêve en mère poule
  • « Les poussins sont les frères qui se sont multipliés en nombre et en grâce et que la vertu de François ne suffit pas à défendre contre l’agitation des hommes et la contradiction des langues (Ps, 30, 21) »
  • La dispersion babélique : malédiction ou sauvetage ?
  • Renoncer au pouvoir, institutionnaliser le charisme
  • Sicut mater, « en tant que mère » : le principe féminin et le gouvernement (Jacques Dalarun, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, 2012)
  • L’incorporation mariale : la Vierge de miséricorde
  • Le sein d’Abraham, la figure paternelle et la fonction maternelle : la religion comme « besoin de protection du père » (Freud)
  • Au sein des sinuosités : les quatre sens de sinus
  • À l’inverse du Léviathan, « le fantasme d’indivision matricielle est atténué et déplacé : il est reporté à l’extérieur du corps et exprimé à travers une médiation textile » (Jérôme Baschet, Le sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, 2000)
  • Troubles dans le genre : remarque sur l’indécision sexuelle de l’anthropologie chrétienne
  • Saisir à nouveau la force explosive de l’acte d’image : une brève histoire de la métaphore organiciste (Gianluca Briguglia, Il corpo vivente dello Stato. Una metafora politica, Milan 2006)
  • Quand l’armure du prince fait miroir (Diane Bodard, à propos du portrait du duc Alexandre de Médicis par Giorgio Vasari en 1534)
  • Ce que ne montre pas l’image : l’âme de ce corps
  • De la métaphore organiciste à la métaphore artificialiste : la « personne fictive » chez Hobbes (d’après Lucien Jaume)
  • De la multitude instituante, le Léviathan fait le peuple institué, dans lequel se reconnaissent les individus qui l’instituent
  • « Le peuple est donc l’absolument présent qui, en tant que tel, ne peut jamais être présent et donc peut seulement être représenté » (Giorgio Agamben, La guerre civile : pour une théorie politique de la stasis, Paris, 2015)
  • L’État est un fantôme (ghost) qui s’institue dans le figural
  • « Cette institution de la représentation permet de faire corps, à condition de ne plus considérer le "corps politique" à partir du "corps mystique" de la république qui avait pour condition transcendantale l’incarnation » (Philippe Crignon)
  • L’image du Léviathan n’est donc pas seulement la marque ou l’emblème de l’État, mais son signe
  • « Il en vient à être le moteur de l’action, et ce à travers l’accoutumance ou le choc, qui représentent les deux possibilités par lesquelles l’image fait pression sur ceux qui le regardent » (Horst Haverkamp, Théorie de l’acte d’image, Paris, 2015)
  • Histoire des formes composites : Arcimboldo et l’« énergie des déplacements » (Roland Barthes)
  • Le Vertumne comme panégyrique politique : l’image annonce l’âge d’or où l’abondance abolit les contraintes de la nature
  • « Composing the Body politic » (Dario Gamboni) : l’Oncle Sam se compose le visage du melting pot (Grant Hamilton, 1898)
  • De Napoléon à George W. Bush, le retournement de la fiction politique
  • Mao Zedong et Andy Warhol : quand la face tient lieu de foule anonyme (Hans Belting, Faces. Une histoire du visage, Paris, 2017)
  • L’acclimatation française du Léviathan dans Le corps politique ou les éléments de la loi morale et civile (1652) : un Léviathan « héroïque, royal, solaire et justicier » (Yann Lignereux, Les rois imaginaires. Une histoire visuelle de la monarchie de Charles VIII à Louis XIV, Rennes, 2016)
  • Imaginer le visage de l’État : Louis XIV en costume de sacre de Hyacinthe Rigaud (1701) comme point de fuite
  • Quand la vision politique laisse interdit : « … il resta court, sans parole et sans oreilles ; il fut assez longtemps sans pouvoir se remettre » (Saint-Simon, Mémoires)
  • Le Léviathan est le dieu mortel qui prophétise l’automatisation des rapports de pouvoir, cette politique des choses qui passe par le gouvernement des nombres
  • Tacite, Annales, V, 10 : Fingunt simul creduntque : « ils fictionnent et en même temps croient à leurs fictions ».