Pourquoi croire à un énoncé mathématique dont on n'a pas de preuve ? (II)