du
 → 

Les Anciens avaient une idée de l'économie différente de la nôtre : elle faisait partie de la philosophie, notamment de l’éthique. Elle était l’art du « bon usage des richesses » : « bon », car l’économie, en tant qu’administration des biens du foyer, dans leur dimension à la fois humaine et matérielle, avait un objectif précis, le bien-vivre au sens moral.

Les moyens d’acquisition des richesses – le commerce, les échanges, les contrats – devaient eux aussi être « beaux et justes ». C’est pourquoi le droit romain, qui posait les règles valables dans ce domaine, peut être lu comme une technique du bon et du juste pour acquérir et gérer un patrimoine.

Ainsi, par rapport à nos conceptions, la relation entre droit et économie s’inverse. Aujourd’hui, on tend souvent à analyser le droit par le biais de la science économique, pour le mettre à son service, dans un but d’efficience. Dans un monde comme celui de l’Empire romain, qui ne connaissait pas de science économique au sens contemporain, c’était le droit qui fournissait les critères d’action et de choix ; ce que la justice, en tant que valeur morale et sociale, visait, tenait la place actuelle de la maximisation du profit.

Les cours, à travers une histoire des mentalités, des institutions, des modes de vie anciens, analyseront la société romaine grâce aux savoirs qu’elle a développés pour se penser.

Mosaïque : Préparatifs d’un banquet, Carthage, 180-190 après J.-C.

©RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Programme